Découvrez nos conseils pour bien cibler votre achat locatif

Property Hunter vous propose de découvrir quelques règles pour bien appréhender le choix et donc l’achat de votre futur bien immobilier lors d’un investissement immobilier à Bruxelles.

Acheter près de chez vous

Acheter près de chez vous comporte de nombreux avantages. Vous maîtrisez mieux les risques car vous connaissez votre quartier : les points forts et faibles, les centres d’intérêt, les loyers, les profils d’habitants, etc. C’est également moins énergivore. Que ce soit pour faire les visites, l’état des lieux, des réparations, rencontrer l’assureur en cas de dégâts des eaux, etc., le gain de temps est appréciable.

Acheter en Zone tendue

L’expression  » zone tendue  » désigne les localisations où le marché immobilier est tendu, avec pour conséquence des prix d’achat et des loyers élevés. La demande en logement y est forte et supérieure à l’offre. Toutefois, le rendement y est inférieur car si les loyers sont élevés , ils le sont proportionnellement moins que les prix de vente. Les profils de locataires y sont souvent meilleurs mais ne sont plus garants de nos jours d’une paix d’esprit pour autant.

Acheter en Zone voisine

Quitte à faire face à une gestion locative plutôt animée autant en augmenter la rentabilité. Intéressez-vous aux localisations voisines des zones tendues. Les prix d’achat y sont inférieurs mais les loyers le sont eux en moindre proportion. En d’autres termes, les loyers sont relativement plus homogènes que les prix d’achat en immobilier. Envisagez Forest plutôt qu’Uccle ou Sprimont plutôt que Beaufays.

Acheter en Zone détendue

Les taux de crédit hypothécaire historiquement bas ont fait évoluer le ratio  » propriétaire-locataire  » de 60-40 % à 75-25 %. Ce sont les candidats avec un  » bon dossier  » en termes de revenus et stabilité d’emploi qui ont eu accès à la propriété. Les locataires actuels ont des situations financières et familiales plus précaires. Ils ne peuvent se permettre les zones  » tendues « , encore appelées  » AAA  » ou  » A « , c’est-à-dire très bien cotées. Mais ils forment la demande locative. Dès lors, il est astucieux de s’intéresser aux localisations de type  » B « , moins cotées à la vente mais fort demandées à la location.

Quel type de bien acheter

> Studio, petit appartement

Le nombre de personnes seules ou divorcées stimule la demande pour les studios et les appartements une ou deux chambre(s). Cela explique l’engouement des investisseurs pour ces types de logements et son corollaire : l’affaiblissement des loyers face à une offre abondante. La détérioration du pouvoir d’achat des candidats en est également pour quelque chose. Avec un salaire médian d’environ 1.400 euros net par mois, la charge d’habitation (loyer, charges de copropriété et énergétiques comprises) ne devrait pas dépasser 700 euros pour une personne. Vous pensez  » en loyer « , le locataire lui compte  » en charges « . Plus les charges sont élevées, moins le loyer devra l’être, et plus votre rendement en sera affecté. Gardez ce raisonnement en tête.

> Grand appartement, petite maison

Les grands appartements  » secondaires « , c’est-à-dire non neufs, et les petites maisons de rang, sont moins recherchés par les investisseurs. Pourtant, si le profil des locataires est habituellement plus précaire (divorcé seul avec enfants, emploi temporaire, etc.), le manque de concurrence permet de pouvoir mieux choisir ses occupants ainsi que le loyer. L’idéal serait de louer à un jeune couple car moins la famille est grande, moins il y a de dégâts locatifs. Mais un jeune couple achètera tôt ou tard sa propre maison. Là encore la rotation locative est inévitable. Pensez aussi aux agences immobilières sociales (A.I.S.) qui recherchent ces grands logements pour des familles, mais de préférence sans jardin ou frais de copropriété.

> Parking et garage

Face aux soucis locatifs en matière de baux d’habitation, vous pourriez être tenté d’acquérir des parkings. Certes, les baux pour garage sont juridiquement très flexibles mais force est de constater que la demande commence à s’affaiblir ces dernières années. La mobilité est dans l’air du temps. Il arrive de plus en plus fréquemment qu’un appartement se vende ou se loue sans parking. Egalement pour raison financière. Une offre présente et une demande amoindrie ? Les loyers s’en ressentent inéluctablement à la baisse. Mais fait encore plus récent, certains emplacements restent même vacants. Enfin, intéressez-vous à la répartition des charges de copropriété (nettoyage, ascenseur, etc.). Elle est propre à chaque immeuble et peut impacter vos charges mensuelles.

Faites-vous accompagner par des professionnels de l’investissement locatif à Bruxelles et achetez votre bien au meilleur prix et en bénéficiant de toutes les garanties financières pour sécuriser votre achat ! Contactez nos chasseurs de biens a Bruxelles par téléphone au +32 2 344 61 47

source : trends.levif.be

Écrit par

Managing Partner Property Hunter. Nous sommes les leader de la recherche immobilière à Bruxelles. Plus de 10 ans d’expérience dans les domaines de l'immobilier